Recherche
Suivez-Moi

Dominique A nous livre huit morceaux

Dominique A nous livre huit morceaux de vie  dans « Reflets du monde lointain », un mini-album qui sort le vendredi 3 mars 2023.

L’auteur-compositeur nantais sort ainsi son quatorzième album. Une nouvelle livraison, comme à chaque mois de mars tous les trois ans. Dominique A nous parle lui-même de cette production et nous fait cadeau d’un très beau clip signé d’un autre nantais : Gaëtan Chataigner.

« Reflets du monde lointain » est un mini album, ou un long E.P. comme on voudra, de 24 mn, qui a été enregistré et conçu avec la même équipe et dans les mêmes conditions que l’album « Le monde réel », sorti en septembre dernier : on y retrouve Sébastien Boisseau à la contrebasse, Étienne Bonhomme à la batterie, David Euverte et Julien Noël aux claviers, Sylvaine Hélary aux flûtes, et Yann Arnaud à la réalisation. Les morceaux, 6 chansons et 2 courts instrumentaux, ont été pareillement enregistrés dans le superbe studio de La Frette, en région parisienne, au cours des mêmes
sessions.

Au fur et à mesure que nous enregistrions, il nous est rapidement apparu que nous aurions plus de matière que prévu. Nous avancions vite et bien, et le groupe, pourtant créé pour l’occasion, a d’emblée développé un son bien à lui, conférant à chaque morceau que je leur proposais une identité spécifique. Je ne souhaitais pas sortir de double album, ni sacrifier la plupart des morceaux, dont aucun ne me semblait démériter, à une édition limitée à la sortie, et encore moins à une ressortie d’album six mois plus tard avec des inédits : un procédé dont je comprends l’utilité, à l’heure où il est si compliqué de faire vivre un album dans la durée, mais avec lequel je ne suis pas en accord, car il ne me semble pas respectueux vis à vis du public, et en particulier des acheteurs de la première heure.

Un disque bis, sorte d’extension de l’album

D’où le désir, né en cours d’enregistrement, d’un disque bis, sorte d’extension de l’album, regroupant les morceaux qui me paraissaient moins s’intégrer dans son cadre ; j’imaginais « Le monde réel » comme, désolé si l’expression est un peu galvaudée, une sorte de voyage auditif continu, divisé en 10 séquences, pas une de plus.

Et toutes les chansons qui nous semblaient moins bien fonctionner dans ce cadre, en perturber le rythme, étaient ainsi destinées à ce mini album : que ce soit « Les vagues et les regrets » ou « Chaque enfant dans son monde », deux titres up tempo, en rupture avec l’aspect atmosphérique du « Monde réel », ou encore « La fadeur et l’intensité », au caractère « chanson » plus classique, « Les yeux dans le soleil », teinté de blues, « La plaine », emmené par la harpe de François Pernel, ou le piano voix final de « Maison d’ambre », autant de titres que j’affectionne mais qui ne me semblaient pas fonctionner dans le projet de l’album.

Les deux courts instrumentaux font quant à eux clairement référence à des morceaux du « Monde réel », et inscrivent le mini LP dans sa continuité, de même que le titre, qui renvoie explicitement aux « Nouvelles du monde lointain » de l’album inaugural. Une continuité ici moins soucieuse de cohérence, plus éclatée. Il en découle un ensemble de titres que mes camarades de jeu et moi-même sommes fiers de proposer, comme si toutes les cartes de notre travail étaient enfin abattues.

Dominique

Ce disque a été réalisé durant l’année 2021 par Yann Arnaud, qui l’a enregistré, sans clic, du 23 au 28 mars, puis du 31 mai au 8 juin et du 28 juin au 1er juillet au Studio La Frette (La Frette-sur Seine), et le 27 septembre au studio Mélodium (Montreuil). L’enregistrement des cordes a été réalisé par Peter Soldan le 13 septembre de la même année au studio Dada (Bruxelles). Mixé par Yann Arnaud en novembre et décembre au studio Bidibul.

Musiciens :
Dominique Ané : voix, flute de pan, guitare classique, vibradrone. Sébastien Boisseau : contrebasse. Étienne Bonhomme : batterie. David Euverte : claviers (orgue Hammond B3, piano électrique Rhodes, piano droit Bosendorfer, piano à queue Steinway, Hohner pianet, Hohner Clavinet, piano électrique Wurlitzer, guide-chant Farfisa). Sylvaine Hélary : flutes traversières, effets. Julien Noël : claviers (orgue Hammond B3, piano électrique Rhodes, piano droit Bosendorfer, piano à queue Steinway, Hohner pianet, Hohner Clavinet, piano électrique Wurlitzer, guide-chant Farfisa) ; glockenspiel ; vibraphone. Yann Arnaud : glockenspiel sur « Nouvelles du monde lointain ». François Pernel : harpes sur « Dernier appel de la forêt », « Nouvelles du monde lointain », « Les roches », « Désaccord des éléments », « Et tout le monde comme des toupies » et « La maison ». Laetitia Velma : chœurs sur « Avec les autres ».

Musiciens orchestre cordes, sous la direction de Mark Steylaerts :
– Violons : Gudrun Vercampt (Concertmaster) / Véronique Gilis / Karel Ingelaerec / Eric Baeten / Noémie Tiercet / Christophe Pochet / Nicolas Stevens / Inge Walraet / Eline Pauwels
– Alti : Marc Tooten / Philippe Allard / Romain Montfort
– Celli: Karel Steylaerts / Hans Vandaele

Toutes chansons écrites et composées par Dominique Ané (D.R.) sauf :
« Les roches » et « Désaccord des éléments » : Dominique Ané / Dominique Ané – Sébastien Boisseau – Etienne Bonhomme – David Euverte – Sylvaine Hélary – Julien Noël
« Dernier appel de la forêt » fait référence à un passage du roman « La soustraction des possibles » de Joseph Incardona (Finitude)
Chansons arrangées par le groupe en studio, en collaboration avec Yann Arnaud.
Arrangements cordes : David Euverte, supervisés par Yann Arnaud.

Production exécutive : Sandrine Delaune pour Bleu Sable, assistée de Théo Hotuqui chez Cinq7.

Assistants studio : à la Frette : Samuel Borst, Anthony Cazade et Jonathan Ratovoarisoa au studio Dada : Oliver Whitehurst & Zacharie Carroll.

Catering : Françoise Michelet et Élisabeth Penin.

Qui aura jeté un œil aux crédits ci-dessus aura constaté que contrairement à ce qui est dit dans la dernière chanson, je suis loin d’être toujours seul où que j’aille : gratitude sans bornes pour mes camarades de jeu en studio et à Sandrine pour les moments et émotions partagés durant la réalisation de ce disque. Élisabeth, Françoise, Anthony, Jonathan, Sammy : la vie fût belle à La Frette aussi grâce à vous. Armageddon : on se retrouvera.

Merci également à : Alan Gac et Stéphane Bourdoiseau pour la confiance « à l’aveugle » ; Stéphane Vérité, François Le Berre, Eric Marjault, Ludivine Rome et toute l’équipe Cinq7 / Wagram; Charles Bensmaine, Sandrine Legros, Gaïa Blotas, Olivier Wurth et Eva Drann d’Auguri Productions ; Pierre-Marie Dru ; Olivier Gilson ; Sébastien Aguerre ; Olivier Bloch Lainé.

Always on my mind : Lætitia, Simone, Pierre, Youri et mention spéciale à un jeune et solide acrobate, Orson.

Crédit photo de Une : Jérome Bonnet.

-

Actu