Recherche
Suivez-Moi

Impressions d’enfance : Sarah Nemtanu et Romain Descharmes

impressions-denfance-sarah-nemtanu-et-romain-descharmes

Impressions d’enfance : Sarah Nemtanu et Romain Descharmes. Un nouvel album qui explore quant à lui ses racines. Consacré à Enesco, Debussy, Ravel, Ysaÿe et Nino Rotta, on y retrouve le dialogue entre la Roumanie et la France, entre les leçons de son père et l’héritage de Gérard Poulet, mais aussi cette amitié qui l’unit au pianiste Romain Descharmes avec lequel elle interprète la sonate de Debussy depuis déjà 22 ans. Un projet riche de toutes ces vies qui s’entremêlent, à l’image d’une artiste pour qui la musique doit créer des liens entre les hommes, comme un autre langage.

Georges Enesco : Impromptu Concertant Sarah Nemtanu et Romain Descharmes.

Aujourd’hui, Sarah Nemtanu noue ensemble les fils, visibles ou invisibles, qui parcourent sa vie musicale.
D’abord en transmettant à d’autres musiciens son expérience lors de masterclasses ou avec ce poste au CNSM de Paris qu’elle occupe depuis la rentrée 2022 mais aussi à travers un projet dont elle rêve : une salle pour habituer les étudiants à la scène et au public.

“ Au violon, on n’a pas de mots. Alors, quand on vient me dire: “lorsque vous jouez, ça parle tellement, on dirait que ça raconte vraiment quelque chose”, c’est un des plus beaux compliments pour moi. ”

Sarah Nemtanu, le violon pour langage

Sarah Nemtanu est une personnalité à part dans le paysage musical français. Habituée à l’excellence comme premier violon de l’Orchestre National de France, elle n’en explore pas moins très librement tous les répertoires et tous les genres au gré des rencontres. Son violon est à l’image de ce parcours, en équilibre entre instinct et style. Mais au-delà, quand Sarah Nemtanu joue, ce sont des souvenirs, des images et des mots qui nous viennent en tête. Portrait d’une artiste qui possède ce don mystérieux de faire parler son instrument.

Nouer les fils

Sarah Nemtanu est une personnalité à part dans le paysage musical français. Habituée à l’excellence comme premier violon de l’Orchestre National de France, elle n’en explore pas moins très librement tous les répertoires et tous les genres au gré des rencontres. Son violon est à l’image de ce parcours, en équilibre entre instinct et style. Mais au-delà, quand Sarah Nemtanu joue, ce sont des souvenirs, des images et des mots qui nous viennent en tête. Portrait d’une artiste qui possède ce don mystérieux de faire parler son instrument.

A la croisée des cultures

La musique, c’est une affaire de famille : il y a sa mère, cantatrice, sa sœur Deborah, son âme sœur qui mène une carrière de violoniste en miroir de la sienne. Il y a surtout son père, violoniste d’origine roumaine, arrivé en France pour prendre un poste à l’orchestre de Bordeaux et qui l’initie à l’instrument.

Le violon de Sarah Nemtanu reflète aujourd’hui cette éducation, au croisement des cultures et des styles. “Mon père a appris le violon auprès d’un élève de David Oistrakh. Il se situe au carrefour entre l’exigence et la technique russe et un esprit d’ouverture, notamment au répertoire français, dans la lignée d’Enesco.”

A 16 ans, elle quitte Bordeaux pour aller au CNSM de Paris. Elle y travaille la musique de chambre auprès de Pierre-Laurent Aymard. Mais surtout, en entrant dans la classe de Gérard Poulet, elle intègre cette lignée du violon français. Sensible et éloquent, auquel elle apporte son énergie et son timbre fauve. Un double héritage qui nous la fait reconnaître aux premières notes.

La musique de chambre auprès de Pierre-Laurent Aymard

« J’ai l’intime conviction que tout le monde peut être touché par la musique classique ! Quelle que soit l’œuvre. Un brin de pédagogie, la passion de transmettre et simplement.
Conserver son âme d’enfant, s’émerveiller, se laisser impressionner et émouvoir, c’est ce que permet la musique classique, cet art majeur !

« Impressions d’enfances » raconte cette complicité de plus de 20 ans avec Romain. La double culture Franco/Roumaine que notre duo représente, et ce répertoire unique, impressionniste, qui résonne tant en nous.

La Roumanie, pays de mes racines et ami de la France, seul pays latin d’Europe de l’Est !

De grands artistes peintres, poètes, sculpteurs et bien sûr musiciens comme Georges Enesco, ce génie violoniste, pianiste, dont les compositions tendent à refléter, à la note près, l’âme, le folklore et les paysages de ce pays aux richesses préservées. » Sarah Nemtanu

-

Actu